Les Ponts de Paris contre Los Esclòps

Entendu sur Radio FMC… Ça y est, les Aborigénios du Quercy sont dans la place. Première à Saint Antonin Noble Val per lo fòc de la Sant Joan… 

« Tout est toujours dans chaque évènement très spécifique, particulier. Mon expérience d’hier pourrait se lire seulement dans l’affrontement pacifique et même jamais pensé comme tel  par personne entre «  Sous les ponts de Paris «  (Amelie Castel ou autre ) et « Quant te costeron, los esclòps ». 
Les ponts de Paris c’est les souvenirs d’une jeunesse au bal musette, d’un refrain écouté à la radio, chanté à la fin des repas de noces, qui n’évoque rien de concret vécu pour personne, dans le thème, sinon un ailleurs presque mythique qui ne fascine vraiment personne, c’est vraiment un «  produit « , pour les non-parisiens, qui tient sa force surtout de sa forte diffusion . 

Tu joues « Quant te costeron » , et tu le chantes avec un vieux mec du coin avec son accent du coin, comme je l’ai fait hier,  c’est aussi une valse, les gens dansent pareil, mais ça évoque des souvenirs des grand-parents et la réalité des esclòps, qu’ils ont tous porté. Et évoque la réalité du métier de sabotier ou des bricolages maison, évoque un autre temps antérieur aux Ponts de Paris, des gens sont contents différemment de reprendre le refrain mais pas forcément les mêmes que pour les Ponts, et pas complètement pour les mêmes raisons . 

Pas la même nostalgie. 
Bizarrement, les ponts de Paris ont plus vieilli que los esclòps. Je veux dire pas que pour moi. Tu fais une enquête, tu fouilles la chose et tu as une thèse instructive sur la France,  c’est vrai pour tout. 
»

Share
One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share