Vaz fait un come back peinture

Cool l’Atelier Hôtel Séville de José Vaz qui, pour fêter sa deuxième année de présence à l’Usine de l’Émancipation des Plasticiens Volants, à Graulhet, conviait à une fête. Les usines des ex mégissiers graulhétois sont prisées des artistes, son de polidas Friches culturelles, aquèsta ‘s camin de Lezignac.
Alara una fèsta à la Vaz. Avec tout ce qu’il faut de générosité, d’amour. José aime dire qu’il les aime aux gens qu’il aime, vòli lo rassegura nous aussi, même s’il est des fois trash tes couilles… Rockeur punk avant tous, ARTISTE sans conteste, nobles et puissants son sos Taures, pièces majeures.
Ici, dans l’ancienne chambre froide, donc super isolé, où se conservaient les peaux des vaches avant tannage, l’homotoro prend sa mesure, tient le souffle d’un, Vaz fait un come back peinture, l’Ecole de Revel bande encore, d’ailleurs les collègues sont là. Tess lo grop, ja là le 22 janvier à son Salon qui reçoit où « Le Chemin de croix » de Malevitch et des cimetières fit date. Un carreau explosa à zéro.

« c’est le fantôme sentit de Claudie qui est passée à mon Salon… »

Tanben Michel Batlle, auréolé de son Prix du Languedoc catégorie sculpture, est là comme à chaque fois qu’il est là, participatif, rieur, titilleur, séducteur, docteur, auteur sur ce coup de Vaz avec la sortie de : « OCCITANIA INDEPENDANCE 3 avril 2046 » Arcircuit Editions.
Lire et expliquer combien ce livre, que l’on soit òc or not, istes ou citan cal s’en sasir, un eurêka, en plus c’est très marrant (al mens la première moitié.)
Mai d’aquò l’actualité de l’autre costat des Pyrénées… Catalonha s’abronda… Carles joue bien, proclame et suspend l’indépendance, le temps des pourparlers… Le temps ! Carole, notre Présidente de l’ « Occitanie » qui n’est pas l’Occitània, le prend, en joue, consulte pour l’horizon 2040. Le MOOC movement’s lançat, qun sara son Mariano ? Emmanuel s’annonce solide. Faut lui livrer le LIVRE, cal ajudar la coqueta.
Mais n’oublions pas les enchères. Lo mèstre Commissaire sous-priseur vèn d’arrivar, le grand Fred, the Còrb, le Corbeau des éditions 39/17, amb Agnes, Stelh, Dif… Alors les œuvres trouvent preneurs, cal dire que son, abstraction en corps chez Vaz, le comptant pour rien coma va dit MBV, à des prix bien sûr défiant… Aquò dit lo bufal Toro trastèja dins cad’una, lusitanienne lum, colors fin al blanc cassé de verre et son « Jésus light ». En bronze, débarrassé de sa croix, ficelé, illuminé à électrique fil clucaire. Retouche. Au 22 tenait en mains 2 phares rouges clignotant aussi. Mise à prix… Demorara à l’Hôtel. Le préférais. Alara bon aliments, bona musica, lectures, solo, duo, les amis retrouvés et José, Isabelle, , Philippe, la mamie, Geneviève, Laurent, Piero et ceux et celles dont les prénoms s’escapan…
Suis reparti avec « Le pied de Jésus enfant ». 28X35, empreinte sable au sol, rouge sang séché la porte du, de, selon l’état. Foot-back sur fond bois de rose…

Share

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share